AFC TEMPLIERS

Templiers VS Molosses

Encore un match compliqué pour les Templiers, qui se conclut sur une nouvelle défaite 28 à 14.

Le début de match fut laborieux. L’attaque a du mal à démarrer, malgré quelques actions intéressantes, on n’arrive pas à avancer suffisamment pour être menaçant, encore moins marquer. De l’autre côté, la défense peine. Nous arrivons à réaliser quelques bonnes actions mais les visiteurs tirent profit de nos approximations. Les points s’accumulent en leur faveur. Notre frustration augmente, les esprits s’échauffent. Cet écœurant sentiment de s’enliser, de voir tous ses efforts rester vain, s’empare des Templiers. On essaie, on échoue, le score se creuse en notre défaveur.

On retourne au vestiaire. On vient de prendre 21-0 en une mi-temps de football. Comme souvent, on se dit – certainement bercé d’illusions – que s’ils l’ont fait, on peut le faire aussi. De toute façon, il reste une mi-temps à jouer. Donc on prêche la mémoire courte, on s’ajuste, on compose avec les bobos.

Et on y retourne. Et on se reprend un touché. 28-0. Plus ça va, plus tout fout le camp. Autant vous dire qu’à ce moment, on manque de mot, de consignes. « Quand ça veut pas, ça veut pas ». Donc on tire les dernières cartouches, foutu pour foutu comme on dit. Pour les visiteurs, le match est plié, on fait rentrer les remplaçants, on joue la montre. Et c’est donc en fin de 3e quart-temps que l’équipe décide de se mettre en ordre de bataille. L’attaque en PLS depuis le début du match produit du jeu, enchaîne les actions, monte un drive de ses propres 20 yards et ouvre son compteur en tout début de 4e quart temps. 28-6, puis 28-8 avec la conversion à 2 points. On n’est plus à ça près, on improvise un coup de pied de renvoi pour essayer de récupérer la balle.

Comme prévu, ça rate. Mais sur l’action suivante, l’attaque des visiteurs commet un fumble et on récupère le cuir. Et l’attaque peut repartir de l’avant. Et plus on avance, plus les titulaires adverses remplacent les remplaçants. Mais l’attaque a la main chaude, et garde son rythme. On avance. On avance et on marque. Une réception, un plaqueur ne sachant pas plaquer, petit pont, touché. 28-14. La transformation est manquée. On improvise un nouveau coup de pied renvoi, qui échoue de nouveau. Mais on arrive à récupérer la balle. Abracadabrantesque. Et on repart, et on avance. Et le temps passe. Et il n’y en a sûrement plus assez pour une remontada, mais qu’importe. Il importe que sur une décision mystérieuse des arbitres, ce dernier effort prend fin. C’est triste.

C’est triste parce que cette équipe des Templiers peut produire du jeu. Mais en ne jouant qu’un quart temps et demi par match, on ne battra pas grand monde. Encore moins une bonne équipe comme samedi dernier. Et le gros problème est qu’il n’y a plus de marge d’erreur pour le reste de la saison. Il va falloir gagner. Et rapidement, samedi prochain, face aux Corsaires.

L’équipe a progressé depuis la déroute face aux Caïmans, malgré les défaites. La route est donc encore longue, mais à force de travail et d’efforts, nous devrions pouvoir accrocher une place en play-offs. Si on arrive à jouer correctement plus d’un quart-temps.

Photos

Eric Lancelle : ici

Bernard Vinc Photographie: ici

Patrice voisin : ici