AFC TEMPLIERS

Templiers VS Corsaires

Jamais 3 sans 4, comme on dit.
Cette semaine, pour changer, j’aurais bien aimé vous annoncer que nous avons rompu la malédiction. Seulement, non, nous avons souffert notre 4e défaite de rang ce samedi.
D’ailleurs, ce résumé va certainement sentir le réchauffé, car nous avons encore péché sur le même type d’erreurs. Et puis des bonnes erreurs sur les fondamentaux qu’on rabâche sans arrêt, tant qu’à faire.
Figurez-vous pourtant que tout avait bien commencé. La défense est en place, entre bien dans le match. On intercepte la balle, on la remonte, on marque. Oui, j’écris « on » pour ne pas mettre de nom; le détail de cette action n’est pas bien glorieux. Car effectivement, notre défenseur à eu la bonne idée de se moquer d’un adversaire moins rapide qui lui courrait après en vain, pendant la remontée de l’interception. Sport de brute tâchant de préserver les apparences, les règles s’affairent à préserver un semblant de fair play et de civilité. C’est interdit au football américain de se moquer de son adversaire, d’autant plus durant la phase de jeu ; on peut casser un bras ou une jambe, mais toujours dans le respect de l’adversaire.

C’est une conduite anti-sportive, ça annule le touché, ça coûte aussi 15 yards depuis le point de faute. Et puis pour l’amour du jeu, un autre défenseur Templier y va lui aussi de sa conduite anti-sportive, une fois qu’il eût cru que nous avions marqué. 15 yards de plus. En plus, il faut savoir que ces types de conduite anti-sportive sont sanctionnées d’une « conduite non-sportive », ou CNS dans le jargon, à la 2e CNS le joueur est expulsé et suspendu. Imaginez bien ma grande fierté à l’instant où j’écris ces mots.

Enfin bon, c’est un résumé, donc résumons.

L’attaque entre à son tour, produit quelques jeux intéressants mais quelques imprécisions viennent gripper la machine. On butte, on rend le cuir à l’adversaire. D’ailleurs les Corsaires jouent plutôt bien, rendons à César ce qui revient à César. L’adversaire nous pousse aussi à l’erreur. On s’échange un peu le ballon dans ce premier quart-temps. Le score reste vierge.
Au deuxième quart-temps, on va par contre encaisser 2 touchés, sur à peu près le même jeu. Tout droit au fond, grosse passe d’une trentaine de yards. La première fois, on a 2 défenseurs Templiers, qui arrivent à la balle avant le receveur. Leur talent, leur génie peut-être, les mène à renvoyer la balle en hauteur – au lieu de l’attraper ou de la taper en direction du sol comme on leur apprend. Conclusion, le receveur aux abois chipe le cuir et s’en va marquer, non sans afficher un grand sourire.

Le second, c’est l’histoire d’un joueur mal placé qui ne suit pas les consignes. On lui a demandé de rester au fond du terrain, de ne pas se laisser dépasser par un receveur adverse. Peut-être était-ce trop loin, peut-être ne voulait-il tout simplement pas trop bouger, il n’est pas allé au fond. Le receveur adversaire, lui, s’y est précipité. Quelle ne fût pas sa surprise de recevoir le ballon dans ses mains, sans encombre. Quelle offrande ! un cadeau du ciel.
Avant la mi-temps, l’attaque va se mettre en marche et remonter une grosse partie du terrain. Les jeux s’enchaînent, les joueurs trouvent leurs marques. Et c’est au moment de marquer que l’attaque commet une erreur fatale, rendue à une grosse dizaine de yards de la zone de but adverse il me semble, une passe un peu courte est interceptée. Une nouvelle fois, l’enthousiasme laisse la place à la frustration. On a eu 2 ou 3 chances de marquer qu’on a malheureusement laissé filer. On retourne au vestiaire, 13 – 0.
La seconde mi-temps débute, pleine de promesse au vue du dernier drive avant la pause. Mais le 3e QT est poussif. La défense est en place. L’attaque produit quelques séquences intéressantes mais qui tournent court. Toutefois, elle parviendra enfin à inscrire un touché vers la fin de ce quart-temps, sur une jolie passe qui trouve le receveur Templier esseulé dans l’en-but adverse. L’écart est réduit à 13 – 8 après la transformation. Malheureusement, en début de 4e QT, sur un coup de pied de dégagement, plusieurs erreurs de couvertures et de plaquages manqués laissent filer le retourneur Corsaire jusqu’à l’en-but. Après la transformation à 2 points, le score est rendu à 21 – 8. Les Templiers ne s’en remettront pas. L’attaque Corsaire égraine habilement le chronomètre. L’histoire est entendue, les Corsaires tiennent leur revanche du match aller.

Encore une fois, les Templiers peuvent nourrir de nombreux regrets. Des erreurs bêtes ont coûté cher. Évidemment, malgré le récit sarcastique des 2 premiers touchés Corsaires, ce n’est en rien la faute des DBs, pas plus que d’autres. Le match s’est perdu ailleurs. Mais cela illustre qu’ils auraient pus être les héros de la soirée, seulement quelques erreurs en auront décidé autrement.
L’indiscipline se paie comptant. Il reste maintenant 3 matchs, et les Templiers sont condamnés, sinon à l’exploit, à remporter leurs 3 derniers matchs pour espérer retrouver leur 2e place de la poule à présent occupée par les Corsaires. Et cela commence le dimanche 8 avril, en déplacement à Lille chez les Vikings. Il est temps de briser cette spirale de défaites, en jouant un match complet, sans erreur grossière.

Photos

Eric Lancelle